Le rôle de la psychologie dans le système de santé mentale

Le rôle de la psychologie dans le système de santé mentale

De nombreuses personnes qui reçoivent un diagnostic de maladie mentale n’ont pas toujours facilement accès à un traitement. Le traitement que les personnes reçoivent dépend souvent de leur accès aux soins sans frais. 

– L’accès aux soins 

Pour ceux qui vivent à Chatelet, les thérapies dispensées par les psychologues sont disponibles, il suffit de faire un tour sur https://www.psychologue-chatelet.be pour plus de détails et d’informations. Certaines familles peuvent bénéficier d’une certaine couverture par le biais d’une assurance complémentaire fournie par les employeurs, mais cela ne suffit pas toujours. Bien sûr, certains soins couverts par l’assurance-santé sont offerts dans les hôpitaux, mais dans bien des cas, il y a une limite au nombre de clients qui peuvent être vus et au nombre de services appropriés qui sont offerts. Si ces services n’étaient pas disponibles, il n’y aurait pas d’accès aux soins.

La psychologie

Outre le fait de payer de sa poche ou de s’inscrire sur une liste d’attente, d’autres options de traitement sont disponibles. L’accès à des programmes d’aide aux employés par l’entremise des employeurs ou des médecins de famille qui peuvent référer à des psychiatres couverts par l’Assurance-santé de votre ville peut également être une option. Mais en ce qui concerne les autres thérapies non accessibles fondées sur des données probantes fournies par les psychologues, il y a beaucoup à faire pour rendre ces services plus accessibles à tous.

Ce ne sont là que quelques-unes des questions auxquelles beaucoup de personnes ayant une expérience vécue doivent faire face, en plus de leurs préoccupations et besoins psychologiques.

– Que faire à partir de là ?

Un habitant sur cinq souffre de maladie mentale. Bon nombre de ces personnes auront besoin d’une évaluation psychologique complète et appropriée et d’une thérapie à long terme de la part d’un psychologue. Cela nécessite un financement. Et bien que nous nous améliorons dans la sensibilisation à la santé mentale et à la maladie mentale, la sensibilisation et la défense des droits ne suffisent pas. Nous espérons que l’avenir nous réserve une lueur d’espoir, une lueur d’espoir où cinq habitants sur cinq pourront obtenir l’aide dont ils pourraient avoir besoin.

Fermer le menu